La technique de l’oignon : l’art de faire du sport même quand il fait froid !


La technique de l’oignon : l’art de faire du sport même quand il fait froid

 

La technique de l’oignon ? Hein, quoi ? Va-t-il nous apprendre à découper un oignon aussi vite que le chef étoilé Philippe Etchebest ? Non, du tout, rassurez-vous, je vais vous éviter de pleurer à chaudes larmes. Clignement d'œil

Je vais plutôt vous parler de la technique qui consiste à superposer plusieurs vêtements afin de ne pas avoir froid lors d’une sortie sportive en hiver. Cette multitude de couche, à l’image de l’oignon lui vaut donc ce petit nom.

Cette technique est répandue dans le milieu de la randonnée, mais peut très bien être déclinée pour celles et ceux qui souhaitent courir, faire du vélo, faire du cross-fit à l’extérieur etc. J’ai donc trouvé intéressant de vous partager ce procédé, qui va, j’en suis sur vous rendre bien des services et vous éviter bien des galères.

 

La technique de l’oignon c’est quoi ?

 

C’est une technique de plus en plus utilisée par les sportifs s’entrainant à l’extérieur et en toutes saisons. Si pour certains le froid est un prétexte pour ne pas faire de sport les premiers froids arrivés, la technique de l’oignon en est la solution.

Elle consiste à se couvrir de 3 couches de vêtements, de matières différentes, afin de garantir un confort et une liberté de mouvement optimaux, et cela quelques soient les conditions météorologiques. Elle permet de garder une température du corps adéquate, que ce soit pendant l’effort ou à l’arrêt.

De quoi sont constituées ces 3 couches me direz-vous ? Je vous les détaille ci-après.

 

La première couche : rester au sec

 

La première couche est celle qui est en contact direct avec la peau, la base. L’objectif de ce vêtement est de favoriser au maximum l’évacuation de la transpiration, en permettant à la peau de respirer. Tant que le corps reste au sec, nous n’avons pas froid.

Il existe dans le commerce de plus en plus de sous-vêtements à base de matériaux innovants, répondant parfaitement au rôle de cette première couche. A base de fibre synthétique ou de laine de mérinos, il y en aura pour toutes les bourses. Evitez toutefois les sous-vêtements en coton. Le coton absorbe la transpiration, devenant ainsi humide, ce qui favorise les risques de refroidissement.

 

La deuxième couche : rester au chaud

 

C’est la couche intermédiaire, celle qui se porte au-dessus de la première couche. Son objectif est de garder la chaleur naturelle du corps en évitant qu’elle s’échappe vers l’extérieur. La chaleur reste ainsi piégée entre la 1ere couche et la 2eme.

Les vêtements assurant le rôle de seconde couche sont généralement constitués de fibres synthétiques. Les plus connus sont les polaires ou les vêtements à base de duvet, comme certaines doudounes par exemple.

Le polaire est le plus répandu puisqu’il a l’avantage de réchauffer mais aussi de sécher assez rapidement. Le duvet, à contrario sera moins efficace contre l’humidité mais plus performant contre le froid.

 

La troisième couche : rester imperméable mais pas que…

 

La troisième couche c’est la couche de protection. Celle qui va être au front contre les caprices de la météo. Son rôle premier est de lutter contre le vent, la pluie ou la neige, en préservant les autres couches de l’humidité extérieure grâce à son imperméabilité. Ce vêtement doit également avoir la prouesse d’évacuer la transpiration du corps. Imaginez donc, d’un côté il empêche l’humidité extérieure d’entrer, et de l’autre il permet d’évacuer l’humidité intérieure !

De ce côté également, de nombreux produits ultra-performants voient le jour. Ils sont composés de matières imperméables et respirantes. Les coupe-vents sont parfaits pour ce rôle. Evitez toutefois les K-Way© si vous souhaitez éviter l’effet sauna, la sueur n’étant pas évacuée. Pendant l’effort, malgré la gène occasionnée, la chaleur reste certes préservée, mais à l’arrêt, c’est le refroidissement assuré.

 

 

Cette technique de l’oignon devrait être votre allié les jours de froids et vous permettre de maintenir le cap vers votre objectif. Ne prenez pas constamment l’habitude de faire du sport à l’intérieur, votre corps ayant besoin de la luminosité extérieure, surtout en hiver. Vous pouvez relire l’article écrit au sujet de l’hiver : “Comment éviter la dépression hivernale en 5 points

Enfin, cette technique ne doit pas vous exempter des pratiques courantes mais nécessaires :

  • Même bien couvert, échauffez-vous le temps qu’il faut avant votre séance
  • Etirez-vous sérieusement. Légèrement après l’effort, et plus longuement quelques heures après.
  • La chaleur s’échappant par la tête, gardez votre bonnet.
  • Hydratez-vous. Même si nous le ressentons moins que lors des grandes chaleurs, le froid accélère la déshydratation. N’oublier donc pas de boire !

Vous avez désormais toutes les billes en main pour faire du sport à en extérieur durant la saison froide. Plus aucune excuse n’est valable. Clignement d'œil

Alors let’s go et…coachez-vous bien !

 

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le partager avec vos amis ou proches. Vous pouvez également laisser un commentaire pour me donner votre avis ou autre. Si vous souhaitez que j’aborde un sujet en particulier, dites-le-moi également dans les commentaires.

Photo de Stefan Keller

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  • 3
    Partages

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *