Le HIIT : pour en finir avec les fausses excuses ! 2


hiit

 

Vous avez méchamment grossi, et malgré vos bourrelets qui eux se portent bien, vous avez mille excuses pour ne pas reprendre le sport ? Alors désolé pour vous, j’ai la solution pour vous : le HIIT

Si vous vous intéressez un minimum au monde du fitness et de la musculation, vous êtes sans doute déjà tombé sur ce terme. Vidéos, magazines, blogs, partenaires de salles, le HIIT est dans toutes les bouches.

Alors non, le HIIT n’est pas le tube musical de l’été (elle était facile) mais plutôt une méthode d’entrainement redoutable qui promet un maximum de résultat en un minimum de temps !

Au vu de votre emploi du temps surchargé ça tombe à pic, n’est-ce pas ?

Le HIIT a une particularité, c’est qu’il fait tomber toutes les fausses excuses qui vous empêchent de faire du sport ! Vous en doutez ?

Et bien lisez cet article, vous verrez bien. clip_image001

Let’s go !

 

Qu’est-ce que le HIIT ?

 

Le HIIT signifie High-Intensity Interval Training. Le principe est connu du monde du running puisqu’il s’agit ni plus ni moins du système de fractionné à la sauce fitness.

Ainsi l’idée est de pratiquer des exercices fonctionnels (avec mouvements naturels) alternant entre phases d’efforts intenses et phases de récupération.

Pendant l’effort et sur un temps très court, le rythme cardiaque est au max, c’est à dire en mode anaérobie.

Il a été constaté que la meilleure manière de parvenir à une excellente condition physique est de pratiquer des mouvements fonctionnels, à haute intensité et variés. Ça tombe bien, c’est ce que propose le HIIT.

En règle générale, la phase d’exercice et la phase de récupération sont représentées par un ratio de 1:2. Cela veut dire que si par exemple vous faites 2 minutes de squats, vous récupèrerez 1 minute.

Lors de cette phase de récupération, vous pouvez opter pour une récupération active (autres exercices moins intenses) ou passive (repos total).

 

Fausse excuse #1 : « Je n’ai pas le temps ! »

 

On l’entend souvent cette excuse. « J’aimerai bien faire du sport, mais j’ai pas une minute à moi entre les cours, le boulot, les enfants… »

Une fois l’échauffement effectué, une séance de HIIT ne dure que 20 minutes en moyenne. Bien loin des 1h30 des séances en musculation traditionnelle. 20 minutes par séance, à raison de 2 ou 3 séances par semaine, vous avouerez que ce n’est pas du tout chronophage.

Verdict : soutenir encore que vous n’avez pas le temps ressemble tout simplement à de la mauvaise fois. clip_image001[1]

 

Fausse excuse #2 – « Je m’ennuie, c’est toujours la même chose ! »

 

Nous l’avons vu dans la définition du HIIT, les enchainements d’exercices se font en 1:2. Mais ce n’est pas tout, puisque les exercices suivent un cheminement précis à l’intérieur d’un circuit.

Ce circuit pourra être répété une fois ou deux seulement. Bien loin des longues séries en musculation qui peuvent refroidir les pratiquants pas assez motivés.

Par exemple, vous allez faire :

·       1 minute de burpees suivi de 30 secondes de récupération

·       1 min de squat / 30 sec de récupération

·       1 min de saut / 30 sec de récupération

·       1 min de pompes / 30 sec de récupération

·       30 secondes de tractions / 15 secondes de récupération

·       1 min de gainage planche / 30 secondes de récupération

Enfin, en HIIT, les exercices ne sont jamais les mêmes d’une séance à l’autre, d’une semaine à l’autre.

Verdict : l’excuse de l’ennui ne tient pas une seconde !

 

Fausse excuse #3 : « C’est trop tard, je suis trop gros / vieux… »

 

Il n’est jamais trop tard pour perdre du poids. Quelque soit d’où vous partez, l’âge que vous avez, sachez qu’avec un mode d’entrainement adéquat, une bonne alimentation et de l’assiduité, vous réussirez forcément à perdre du poids.

Une autre qualité est primordiale : la patience. Vous avez mis des mois, voire des années à arriver à ce stade, il est normal qu’il faille du temps et de l’énergie pour revenir à la silhouette que vous souhaitez.

L’avantage du HIIT est que vous perdrez du gras même au repos !

Deux raisons à cela :

Tout d’abord votre métabolisme de base va augmenter. Quand on sait que les organismes qui prennent du gras sont ceux ayant un métabolisme bas, c’est une excellente nouvelle.

En fait, le corps va “tourner” plus vite et consommer plus de calories pour fonctionner, se mouvoir etc. Pendant l’effort ou au repos, vous consommerez plus d’énergie.

Et ce n’est pas tout. Il y a également le phénomène appelé effet after-burn. C’est à dire que l’utilisation des muscles en surrégimes va permettre au corps de bruler des calories plusieurs heures après la fin de l’entrainement. Ce phénomène peut durer jusqu’à 48 heures, c’est à dire au repos et pendant votre sommeil !

Verdict : cessez de regarder vos bourrelets de manière impuissante. En réalité, la balle est dans votre camp.

 

Fausse excuse #4 : « Le cardio va me faire perdre mes muscles ! »

 

Le HIIT n’est pas seulement du cardio. Il est un mix entre renforcement musculaire et cardio.

Ce qui veut dire que vous ne perdrez pas votre musculature de base. Mieux, puisque couplé à une alimentation adéquate, vous allez même gagner en masse musculaire grâce à l’intensité mise sur les fibres musculaires du corps entier.

Et encore mieux que mieux, comme nous l’avons vu, vous perdrez du gras en parallèle grâce à l’intensité et la succession des exercices !

Coté cardio, les phases intensives se faisant en mode anaérobie, c’est à dire littéralement à bout de souffle, c’est tout votre système cardio-vasculaire que vous allez renforcer.

Avec le temps, vous deviendrez beaucoup plus endurants, et pourrez donc augmenter le volume de vos séances.

Verdict : vous disiez ?

 

Quelques précautions avant de pratiquer le HIIT

 

Le HIIT est un mode d’entrainement intensif. Evidemment, il convient, avant de s’y lancer, de prendre toutes les précautions et s’assurer que vous êtes apte.

La meilleure des choses est donc de consulter votre médecin qui vous fera quelques tests au préalable.

De manière générale, je déconseillerai le HIIT (et ses variantes) si vous faites partie d’un ou plusieurs cas ci- dessous :

·       Vous avez des antécédents cardiaques ou pulmonaires

·       Vos articulations sont fragiles

·       Vous sortez à peine d’une tendinite ou d’une blessure musculaire

·       Vous êtes essoufflé ne serait-ce qu’en montant les escaliers

·       Vous vous sentez épuisé, surmené, en burn-out

·       Vous n’êtes pas du tout motivé

Si vous êtes concerné par au moins un de ces points, vous pouvez toujours ajuster votre entrainement. En plus du médecin, demandez conseil à un coach de fitness.

 

 

Pour conclure, si vous aviez toutes les excuses du monde pour ne pas vous reprendre en main face à vos kilos en trop, je pense qu’après avoir lu cet article, vous vous sentez maintenant à court d’argument !

Cessez de mettre la faute sur les autres, ou sur des évènements de votre quotidien. Vous n’êtes pas la seule personne à avoir autant de choses à faire dans la journée. Et pourtant nombreux sont ceux qui réussissent malgré tout à faire leur séance de sport.

Nous avons vu que le HIIT garantit une grande efficacité avec des séances très courtes ; vous permet de retrouver une condition physique excellente, tout en mincissant et en vous tonifiant. Que demander de plus ?

Finalement, la seule chose qui vous est demandée est de fournir l’effort nécessaire pour y arriver.

Et si la vraie excuse n’était tout simplement pas la fainéantise ?

Coachez-vous bien !

 

Téléchargez gratuitement mon livre ci-dessous, destiné à tout public, afin de comprendre le monde de la musculation et de la nutrition de manière simple et concis

Partager l'article
  •  
  •  
  •  

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Le HIIT : pour en finir avec les fausses excuses !

    • Habib Auteur de l’article

      Au minimum 2 fois par semaine. L’idéal étant 3 séances pour bien laisser au corps le temps de récupérer. Car les progrès arrivent par l’entrainement, la nutrition mais également le repos. Ce que l’on a tendance à oublier.
      Etant donné qu’une séance couvre en général toutes les parties du corps, il est compliqué selon mois de faire + de 3 séances.