Le sucre, la cocaïne pour tous !


Vous étiez tranquillement allongé sur votre canapé regardant la télé. Devant vous, votre café chaud n’attendant qu’à être touillé pour faire fondre les deux sucres que vous venez de mettre. Un paquet de vos gâteaux préférés à coté, vous appelant de son bel emballage donnant envie. Et là, vous recevez une notification sur votre portable signalant un nouvel article. “ Le sucre, la cocaïne pour tous “. Quoi ?! Il exagère vraiment vous dites vous, vous empressant de dévorer un, puis deux gâteaux et boire votre café pour faire descendre le tout.

Et bien non, malheureusement, je n’exagère vraiment pas le titre, c’est cela qui est dramatique. Il est bel et bien prouvé que le sucre se compare à la cocaïne et à l’héroïne en terme de dépendance. Une étude récente dirigée par le scientifique Serge Ahmed du CNRS va même plus loin. Des rats devaient choisir entre de l’eau sucrée ou une dose de cocaïne. Et bien, dans 90% des cas, les pauvres rats choisissaient l’eau sucrée, alors qu’il étaient habitués à la cocaïne. Cette étude prouve de manière claire que non seulement le sucre est addictif, mais il l’est encore plus que la cocaïne.

N’est-ce pas…stupéfiant ?

 

Pourquoi le sucre est-il comparé aux drogues les plus dures ?

 

Une fois consommés, les aliments sucrés vont activer les circuits de récompenses et de motivations présents dans le cerveau. Certains neurotransmetteurs, tel que la dopamine, vont engendrer des sensations d’apaisement et d’euphorie. En réalité, au niveau du cerveau, le sucre active les mêmes mécanismes que les autres drogues : cocaïne et héroïne comme je l’ai déjà dit, mais aussi alcool, nicotine, cannabis etc.

Le sucre va également généré une sensation de détente, de réconfort. Ce qui explique la ruée vers les produits sucrés des personnes déprimées ou dans le chagrin. En fait, c’est l’effet des morphines endogènes qui vont calmer, détendre. D’ailleurs, le terme morphine est une référence à Morphée, le dieu des rêves dans la mythologie grecque. Le sucre n’est-il pas le rêve de tout les enfants, et également, même si on refuse de le reconnaitre, de nous autres adultes ?

Cette sensation de bien-être, liée à la prise de sucres ( exactement la même pour les drogues dures ) va peu à peu s’estomper. Nous allons donc chercher à revivre cette sensation en consommant à nouveau un produit sucré. Puis peu  peu, les effets vont de nouveau s’estomper ( et s’estomperont de plus en plus rapidement ) poussant à la (re)consommation puis surconsommation. C’est par ce principe que va se créé la dépendance.

 

Le soda est un danger pour notre organisme

Finalement, le Coca porte bien son nom : de la coke !

 

Du sucre dans les produits salés !

 

De tout temps, l’Homme a consommé des aliments sucrés. Notamment par les fruits, certains légumes, le miel. Uniquement du sucre d’origine naturel. La différence avec aujourd’hui réside dans la composition du sucre et la quantité ingérée.

 

Le sucre raffiné est bon marché. Les industriels, ayant compris son fort pouvoir d’addiction, ont eu l’idée sordide de développer quantité de produits bourrés de sucres attirant comme des mouches, les enfants complètement innocents et impuissants face à un tel fléau. Avec cela, un emballage bien fluo, le produit mis aux caisses des magasins à hauteur des yeux d’enfants et c’est le strike. Les enfants sont très persuasifs quand ils le veulent… Pire, ces mêmes industriels ont été plus loin puisqu’ils ont décidés de mettre du sucre également dans les produits…salés. Vous ne me croyez pas ? Allez voir les ingrédients de votre pizza surgelé, de votre hachi-parmentier ou de vos poissons panés. Vous allez être surpris.

74% des plats industriels vendus en supermarché contiennent du sucre raffiné. Vous les trouverez sous les noms de glucose, fructose, miel, sirop de maïs, etc.

Et là est le vrai problème. Le sucre naturel contenu dans les fruits est tout à fait inoffensif pour la santé. La nature fait bien les choses. Mais la forte teneur en sucre raffiné contenu dans les sodas et les friandises, couplée à celle des produits salés est très inquiétante. Elle habitue le palais à ce goût sucré, renforçant un peu plus la dépendance. Si bien que tout autres produits sans sucre et bon pour la santé ( je pense bien-sur aux légumes ) va paraitre aussi fade qu’un morceau de plastique. Demain, personne ne souhaitera manger une pizza si du sucre n’a pas été ajouté. Et c’est peut-être déjà le cas…

Je vous rappellerais juste au passage les maladies liées à la consommation du sucre raffiné : Prise de poids / obésité, diabète, problème cardiaque, baisse de la concentration, fatigue, mémoire défaillante, maladie d’Alzheimer etc.

Je rajouterais une remarque que je n’ai pas abordée. Celle concernant le pain à base de farine raffinée ( celui le plus vendu dans les boulangeries, celui avec la mie très blanche ) ou encore le riz blanc. Sachez que dans l’organisme, ces aliments auront les mêmes effets que le sucre raffiné puisque le corps va lui-même les transformer en sucre. Préférer le pain complet, le riz complet, les pâtes à base de blé complet ou sarrazin etc.

Face à toutes ces accusations, mesdames et messieurs, je proclame une désintoxication au sucre ! Et bonne nouvelle, nul besoin d’aller séjourner quelques semaines dans un centre de désintox pour réaliser cela. Vous avez les clefs en vous même.

 

Les sucres naturels sont bons pour la santé

Contrairement au sucre raffiné, le sucre naturel est bon pour la santé

 

Comment se libérer de l’emprise du sucre ( et des industriels ) ?

 

Si vous êtes dans un cheminement de reconquête de votre corps, par la pratique d’une activité sportive et l’amélioration de votre alimentation, il faudra absolument passer par l’étape “ désintoxication au sucre “.

Pour cela, je vous expliquerais simplement mon expérience. Si elle a fonctionné pour moi, elle fonctionnera également pour vous.

Pour vous raconter un peu ma vie, je fus il y a quelques années un grand adepte de la mal-bouffe avec tout son lots de produits industriels ( sodas, glaces, gâteaux, etc. ). Je prenais mes cafés expresso, 6 par jour, avec deux sucres. Bref, une hygiène de vie désastreuse.

En prenant peu à peu conscience de l’ampleur des dégâts, j’ai commencé à me documenter sur ce qui était sain et de ce qui ne l’était pas. Quand on nous répète dans les pubs, depuis l’enfance, que le Nutella c’est bon pour la santé, pas simple de faire le tri dans tout ce foutoire.

Peu à peu, j’ai rejeté mes addictions. Se libérer des fast-food a été très difficile. Je pensais avoir fait le plus dur mais c’était sans compter le sucre. En fait, pour être plus précis , je ne savais même pas que le sucre était une addiction. Je pensais normal le fait d’en manger chaque jour, même sain après une séance de sport intensive. C’est en tombant par hasard sur un reportage à son sujet, que j’ai pris conscience de l’ampleur du phénomène. Et j’ai alors creusé le sujet découvrant chaque jour l’étendue  des ravages… Alors comment ai-je procédé ?

 

Voici mes 5 conseils pour se libérer du sucre

 

  • Approfondissez le sujet

Le conseil numéro 1 est de vous documenter. Allez voir des vidéos, lire des articles de spécialistes sur le sujet. Vous finirez d’être convaincu et cela facilitera votre chemin de croix. Surtout dans les périodes de baisses de motivation ou de rechute.

  • Supprimez en priorité les aliments à hautes dose de sucre

En parallèle du café, j’avais également diminué la consommation de sodas. J’y suis allé également progressivement. N’hésitez pas à noter sur un cahier votre consommation. L’idée est clairement de se sevrer. Au bout de 5-6 semaines, je n’en consommais plus du tout. L’idée de supprimer les aliments les plus sucrés vous permet d’attaquer la base de votre addiction. Les autres aliments arriveront logiquement ensuite.

  • Supprimez les produits sucrés consommés quotidiennement

Je suis passé de 2 sucres à 1 sucre et demi dans ma tasse de café. Puis une fois accoutumé, au bout de quelques semaines, j’ai diminué à 1 sucre. Puis 1/2 puis plus rien ! Mon palais a mis plusieurs mois à s’habituer au goût du café sans sucre. Mais croyez-moi, aujourd’hui, je savoure vraiment la vrai saveur du café. Et non le goût du sucre contenu dans le café. D’ailleurs je suis à ce jour incapable de boire un café sucré. Je le rejette naturellement. What else ?

  • Soyez ferme dans vos convictions

Les weekend, avec les sorties, les invitations ici et là, j’avais tendance à abuser encore plus. Les mauvaises habitudes sont tenaces, surtout en période de loisirs ou de détente. Lorsque que l’on est invité, ou lorsque qu’on mange dehors entre amis, il est souvent difficile de faire face aux regards des autres. Il ne comprennent pas vos choix. Soyez sur de vous, de vos convictions et continuez. Vous verrez que peu à peu, admiratifs face à votre détermination et surtout voyant les bénéfices sur vous, ces mêmes personnes qui étaient sceptiques voir gentiment moqueuses, vont vouloir faire de même.

  • Ne brûlez pas les étapes

Oui, allez-y à votre rythme. Certains iront vite, d’autres un peu moins. Ce n’est pas important. Le but étant d’arriver au même résultat final : ne plus être dépendant du sucre. Si vous allez trop vite, le risque de rechute sera élevé. Et il sera alors encore plus difficile de se replonger dans cette désintoxication.

 

Les sucres raffinés sont à éviter au maximum

Plus le sucre est raffiné ( blanc ) moins il est bon pour la santé

 

Pour conclure, vous vous dites peut-être : mais ne plus être dépendant du sucre ça veut dire quoi ?

Et bien je vais tenter de vous répondre.

Une fois libéré de la dépendance au sucre, vous allez vous sentir fier de vous et surtout ressentir une grande sensation de liberté. Vous aurez vaincu l’ogre sucre et ne tomberait plus jamais entre ses griffes. Car oui, une fois sorti de cette dépendance, ce dont vous raffoliez autrefois ne vous donnera même plus envie. Vous n’aurez plus envie de sucrer votre café, ni votre thé. D’ailleurs pour les thés très amers, il m’arrive parfois d’y ajouter du miel. Vous redécouvrirez des saveurs oubliées ou altérées par le sucre. Quand votre corps réclamera du sucre, ce sera une envie de fruit qui se manifestera en vous.

Alors vous pourrez de temps à autre vous accorder à manger une pâtisserie ou un gâteau, mais vous verrez que finir votre part sera difficile. Vous serez vite écœuré par le trop plein de sucre. Et le jour où, le choix entre une pâtisserie ou un fruit se présentera, et que vous opterez pour le fruit, vous pourrez vous dire fièrement  : J’ai gagné, je ne suis plus toxicomane !

 

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le partager avec vos amis ou proches. Vous pouvez également laisser un commentaire pour me donner votre avis ou autre. Si vous souhaitez que j’aborde un sujet en particulier, dites le moi également dans les commentaires.

A très vite !

 

Photo de Dwilliams, A.K et Nia Marinova.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  • 1
    Partage

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *