Mieux consommer les huiles végétales 2


 

mieux consommer les huiles vegetales

 

 

 

Le choix en huiles de cuisine est long comme le bras : olive, colza, tournesol, lin et même de coco, vous avez l’embarras du choix.

Avec toute cette diversité, l’huile d’olive et de tournesol ne sont plus les reines des huiles. C’est pourquoi, il est utile de bien comprendre l’utilité des principales huiles, non seulement pour le goût, mais surtout pour notre santé !

En salade ou de friture ? Amies ou ennemies pour notre santé ?

Vous allez mieux comprendre en lisant cet article.

Let’s go !

 

L’huile d’olive

 

L’huile d’olive trône fièrement sur toutes les tables méditerranéennes, afin d’accompagner les plus belles salades. Son gout unique en fait une huile indispensable. Mais ses qualités ne s’arrêtent pas qu’au simple plaisir gustatif.

Elle est riche en vitamine E et K, mais aussi en antioxydants, ayant la propriété de ralentir le vieillissement de nos cellules. Elle contient également une forte teneur en Oméga-9 faisant ainsi baisser le taux de mauvais cholestérol. Les polyphénols qu’elle contient vont permettre de protéger les artères du gras qui pourrait s’y accumuler.

 

Chose étonnante, l’huile d’olive évite le stockage du gras ! En effet, elle bloque l’acide gras synthase présent dans les graisses du corps, à l’origine de la fabrication des graisses.

Consommez l’huile d’olive vierge ou extra vierge qui est pressée à froid. Les autres sont souvent des mélanges d’huiles raffinées et pressées à chaud. A fuir.

Evitez de trop chauffer l’huile d’olive. Au-delà de 180°, elle développe des acides gras trans dangereux pour la santé. Oubliez là pour vos fritures !

 

L’huile de colza

 

Les champs de colza sont légions une fois le printemps arrivé. En effet, l’huile de colza s’est taillée une place non négligeable dans nos assiettes, et c’est mérité tant elle est bienfaitrice pour nos papilles et notre organisme.

Elle contient aussi de la vitamine E, et beaucoup d’antioxydants. Ses oméga-3, que notre corps ne fabrique pas, vont permettre de lutter contre les maladies cardio-vasculaires. Mais également protéger le système nerveux face au stress ou aux maladies dégénératives comme Alzheimer ou Parkinson.

 

Préférez l’huile de colza pressée à froid. Elle sera alors idéale pour faire des vinaigrettes ou des marinades.

Evitez les hautes températures de cuisson. L’huile de colza reste une huile pour savourer des légumes et crudités froids ou tièdes. Vous pouvez tout de même l’utiliser pour faire revenir vos légumes à la poêle.

A savoir : les huiles pressées à froid sont de couleur verte contrairement aux huiles raffinées qui sont de couleur jaune.

 

L’huile de tournesol

 

L’huile de tournesol fut pendant très longtemps l’huile la plus utilisée dans nos cuisines. Depuis, elle a perdu du terrain car accusée de tous les maux.

Dans les faits, elle ne mérite pas toutes ces accusations. Enfin, pas complètement.

Il faut distinguer deux variétés d’huile de tournesol :  l’huile “classique” dite linoléique essentiellement composée d’Omega-6 et l’huile dite oléique, riche en oméga 9.

Comme ses acolytes, elle est riche en vitamine E.

Penchons-nous sur l’huile de tournesol « classique ». Elle est très riche en Omega-6 et dans une moindre mesure en oméga-9. C’est là que le bât blesse. Le ratio Oméga-6/Oméga-3 est trop déséquilibré par rapport aux recommandations de l’AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments).

De plus, l’absence d’Oméga-3 combinée à une haute teneur en Oméga-6 peut avoir des effets pro-inflammatoires et allergisants. Cela peut également provoquer une élévation du taux de triglycérides, à l’origine de maladies cardio-vasculaires.

L’huile de tournesol oléique, quant à elle, est plus équilibrée car chargée en Oméga-9. C’est celle-ci qu’il convient de consommer pour pouvoir profiter de tous ses bienfaits.

Préférez-la d’origine biologique et de première pression à froid. La version oléique supporte mieux les cuissons à haute température contrairement à la « classique ». Elle s’avère pratique notamment pour les fritures.

Dans la nutrition ou en application cutanée, les bienfaits principaux pour l’huile oléique sont nombreux : protection du système cardio-vasculaire, stimulation du système immunitaire, protection du système nerveux, propriétés anti-inflammatoires, réhydratation de la peau, des ongles et des cheveux etc.

 

L’huile de lin

 

L’huile de lin n’est pas en reste. Elle est si chargée en Omega-3 qu’elle a donné lieu au terme d’acide gras linolénique. Elle constitue donc une alliée précieuse pour la santé, notamment pour le cerveau et le système cardio-vasculaire.

Par ailleurs, sa proportion équilibrée en Omega-6 et Omega-3 lui donne de réelles qualités sur le plan de l’équilibre nutritionnel, notamment pour la prévention des troubles cardio-vasculaires, cognitifs ou inflammatoires.

L’huile de lin se veut également l’amie de la peau, du cerveau et du système sanguin.

Toutefois, elle s’oxyde rapidement, perdant son gout et devenant amère. Il est important de bien refermer la bouteille après chaque utilisation et d’acheter de préférence des flacons de petites tailles. En outre, elle est à conserver dans un endroit frais et sec, comme au réfrigérateur par exemple.

De par sa fragilité, l’huile de lin est à consommer cru.  Avec son gout de noisette, elle est excellente en assaisonnement ou en vinaigrette, pour les crudités et les salades.

 

L’huile de coco

 

L’huile de coco est en vogue. Issue de la chair séchée de la noix de coco.

Elle contient environ 90% d’acides gras saturés. Même s’ils n’ont pas bonne presse, les gras saturés issus de la coco sont à chaine moyenne. Ils sont donc, selon les scientifiques, bien assimilés par l’organisme et directement utilisés comme source d’énergie. Ces acides gras saturés à chaine moyenne contribueraient à la prévention des maladies cardio-vasculaires.

Pourvue des Oméga-9 mais aussi des Oméga-6 et Oméga-3, elle contient également de la vitamine E.

Elle est idéale pour la cuisson des aliments, et cela même à température élevée (contrairement aux huiles évoquées, exceptée l’huile de tournesol).

Sa forte teneur en acide gras empêche les aliments de coller sur la poêle. Elle peut aussi remplacer les autres huiles dans la préparation de gâteaux, apportant son gout agréable de coco. Elle peut même servir à tartiner vos toasts, alternative au beurre.

Au-delà de ses vertus sur le système cardiaque, elle est bénéfique pour le système cérébral et s’avère très efficace dans le rééquilibrage alimentaire.

L’huile de coco est également un super produit cosmétique qui adoucit les cheveux et la peau. Elle peut servir de dentifrice, de démaquillant ou de gommage.

 

 

Nous l’avons vu, chaque huile comporte des bienfaits communs pour notre santé. Riches en vitamine E et en antioxydants, elles se démarquent sur leur teneur en Oméga-3, 6 et 9 ; certaines étant plus équilibrées que d’autres. Elles se démarquent également sur leur utilisation en cuisson et évidemment sur leurs saveurs.

C’est pourquoi, il est important de varier les huiles selon les besoins : pour notre alimentation ou les soins cosmétiques, vous trouverez forcément l’huile qui vous convient.

A consommer régulièrement et avec modération !

Coachez-vous bien

 Photo de Steve Buissinne

 

 

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Mieux consommer les huiles végétales

  • ABDELKADER GAALICHE

    Salut Habib et merci beaucoup pour ton intéressant article En tunisie on consomme l’huile d’olive par contre l’huile de colza riche en oméga 3 qui est bon pour les articulations n’existe pas chez nous.

    • Habib Auteur de l’article

      Bonjour Abdelkader
      Oui, c’est vrai que selon les pays, certaines huiles sont plus accessibles que d’autres. Au maghreb, l’huile de nigel et l’huile d’argan sont des huiles également très bonnes pour la santé.
      Merci en tout cas pour ta fidélité 😉