5 astuces pour garder sa nutrition en déplacement 2


 

 

J’entends fréquemment des personnes me dire qu’ils ne peuvent pas manger sainement car ils sont souvent en déplacement.

Réunions, études, séminaires, voyages : toutes les raisons sont bonnes pour accepter ces mauvaises pratiques alimentaires et manger n’importe quoi.

Si vous tenez sérieusement à atteindre vos objectifs de forme et de santé, quel que soient les situations, vous devez être maître de ce que vous consommez. Cela pour ne pas freiner vos progrès et résultats si durement acquis. Et oui, n’oubliez pas que l’alimentation est aussi importante que l’entrainement.

Pour chaque cas, il existe une solution pour manger sainement. Et ça tombe bien, c’est ce que je vais vous partager en 5 points dans cet article.

Let’s go !

 

 

1. Mangez suffisamment au petit-déjeuner

 

Chacun a besoin d’un nombre minimum de calories dans sa journée.

Déjà pour faire fonctionner les bases de notre métabolisme, tels que (entre autres) la respiration, la marche, le langage, la réflexion, ainsi que toutes les fonctions internes à l’organisme (coeur, système digestif etc.).

Ensuite, pour développer sa masse musculaire en atteignant un nombre de calories et de macronutriments (protéine, lipide, glucide) propice à cette progression.

Ce besoin calorique est à calculer au quotidien. La consommation de ces calories est fractionnée toute la journée dans les différents repas et collation.

Une fois dressé le contexte, venons-en au fait. Si vous savez que le repas du midi sera léger ou pris sur le pouce, ne pouvant donc répondre totalement aux besoins caloriques et de macro, assurez-vous d’avoir un petit déjeuner complet et copieux.

Par exemple, des flocons d’avoine, du fromage blanc, du beurre de cacahuète sur une tartine de pain complet, des oeufs, avec un jus d’orange pressé.

Et si le petit déjeuner ne suffit pas à combler la perte liée au déjeuner, vous pouvez vous rattraper le soir.

 

2. Préparez les repas à l’avance

 

De nos jours, les techniques de conservations sont très bonnes. Et oui, nous avons tous un frigo ! C’est donc une bonne raison pour préparer ses repas à l’avance, et de les conserver tranquillement au frais.

Ainsi, vous pouvez profiter du week-end pour préparer plusieurs portions de viandes, cuire une bonne ration de pommes de terre, de riz ou de carottes. Vous pouvez également mijoter des soupes, des salades, des oeufs durs, des gâteaux protéinés etc.

Un autre avantage : vous gagnerez du temps et de l’énergie à ne cuisiner qu’une fois. Par exemple, au lieu de cuire chaque jour vos viandes, vous ne le ferez qu’une fois pour toutes. Que vous prépariez un repas pour 1 ou 3 rations, finalement il n’y a pas trop de différences.

Mettez vos plats en boites dans votre frigo, en notant les jours de consommation dessus. Ainsi, si vous prévoyez des déplacements pour lesquels il sera difficile de bien manger, prenez des plats faciles à manger.

A noter que cette organisation n’est pas que pour les célibataires ! Vous pouvez très bien être en couple ou en famille et respecter ce conseil. Quand y’en a pour 1, y’en a pour 10 !

 

3. Faites-vous des en-cas  

 

En cas de faim, rien de tel qu’un en-cas ! En déplacement, pour ne pas être tenté de trop manger (et mal), la solution peut être d’apporter avec vous des en-cas sains.

Par exemple, une barre protéinée que vous aurez préalablement préparée parce que vous avez suivi le super conseil numéro 2

Ou un fruit, du style banane ou pomme. En procédant ainsi, vous éviterez de suivre l’odeur tentatrice des frites et burgers du Mac Do du coin. Vous serez plus raisonnable, moins impulsif, car non dirigé par votre seule faim.

L’avantage de préparer ses propres en-cas, vous permet de contrôler ce que vous mangez, et d’avoir une vue sur votre consommation de macro.

 

4. Mangez au restaurant, et bien !

 

Si vous devez manger au restaurant ou à la cantine, aucun problème !

En effet, y manger ne signifie pas oublier tous vos principes de nutrition. C’est à vous d’être ferme et de savoir ce que vous pouvez consommer de sain.

Ainsi, bannissez d’ores et déjà les fritures, les plats trop riches en graisses, le pain blanc, les pâtisseries ou autres desserts trop sucrés etc.

Si le choix le permet, préférez évidemment les légumes, mais également les produits complets (riz, pâtes, pain). Pour arroser tout cela, une eau pétillante est parfaite. Au pire un jus de fruit.

Manger au restaurant n’est donc pas une excuse pour mal manger ! Je dirais même, manger dans un fast-food non plus ! Si vous optez pour un burger le moins lourd possible, une salade et de l’eau, vous aurez limité la casse. Avec ce type de menu, on reste dans les clous (si évidemment on ne tient pas compte de l’aspect qualitatif). Bon, à ne pas répéter tous les jours. Cela doit rester occasionnel.

 

5. Et pourquoi ne pas jeûner ?

 

Non, ce n’est pas une blague. Il est aujourd’hui prouvé que le jeûne comporte de nombreux bienfaits pour l’organisme. Celui-ci profite de l’accalmie de son système digestif pour se nettoyer de l’intérieur (les organes, les cellules, le sang etc.).

La digestion consomme une énergie considérable tout au long de la journée. Surtout si le nombre de repas est multiplié. Le seul répit du corps est lors du sommeil. Et encore, la fenêtre est très courte. Imaginons que vous grignotez devant la télé jusqu’à 23h. Il faut compter 2 à 3 heures de digestion, soit jusqu’à 2h du matin. Ce qui ne lui laisse que 5h pour se nettoyer, si le petit-déjeuner est à 7h. D’où l’importance d’avoir occasionnellement une période de jeûne plus longue (minimum 12 heures), afin de laisser le temps au corps de faire son ménage.

Si vous prévoyez un déplacement, avec un déjeuner trop court ou trop léger, pourquoi ne pas prévoir de le sauter tout simplement ?!

Vous pouvez donc prendre votre petit-déjeuner, sauter le déjeuner et ne remanger qu’au dîner. Pour cela, assurez-vous de combler vos besoins en calories et en macro sur ces 2 repas (voir 3 si vous prévoyez une collation avant de vous coucher).

Une astuce : prévoyez de jeûner à l’avance (la veille par exemple), afin de préparer votre mental et votre organisme à cet effort. Evitez de jeûner devant le fait accompli, à midi. C’est le meilleur moyen de vous frustrer !

Demandez toutefois l’avis de votre médecin pour être de sur de pouvoir le faire sans souci.

 

 

Avec ces 5 points, vous avez la preuve que manger à l’extérieur n’est pas synonyme d’excès. Quel que soit votre type de déplacement, vous avez toujours une alternative pour passer ce cap de la meilleure des façons, et surtout, sans affecter votre nutrition, ni votre santé.

Avec le temps, ce qui vous demandait un effort deviendra naturel. Peu à peu, vous assimilerez et accepterez ces nouvelles habitudes.

Car n’oubliez pas que la nutrition n’est pas une mode, ni un régime éphémère, mais un véritable mode de vie !

Coachez-vous bien

Photo : Ulrike Leone

Partager l'article
  •  
  •  
  •  

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “5 astuces pour garder sa nutrition en déplacement