Je teste le spray Luxéol : antichute de cheveux 1


 

La perte des cheveux est la hantise de nombreux hommes et femmes. Quand elle est précoce, cette perte de cheveux peut devenir un véritable complexe.

Aujourd’hui, plusieurs solutions existent : traitements médicaux, implants capillaires, perruques. Ou tout simplement (pour les hommes), un rasage du crane en bonne et due forme !

Si vous n’en êtes pas arrivé à ce stade, mais que vous vous apercevez que vos cheveux s’affinent et tombent puis que la normale (+ d’une centaine par jour), il est temps de vous prémunir. Comme on dit, mieux vaut prévenir que guérir !

C’est en ce sens que j’ai testé pendant 15 jours le spray antichute de chez Luxéol. Nous allons voir ensemble sa composition et s’il est vraiment efficace.

 

Ce produit m’a été offert par Hivency. J’y apporte mon avis objectif et impartial : comptez sur moi !

 

 

Moi et mes cheveux

 

Avant de commencer à décortiquer le produit, j’aimerai vous parler de ma situation capillaire. Et bien, malheureusement elle n’est pas au top. J’en suis au dernier stade avant de faire quelque chose ! Rasage ? Implants ? …Perruques ? Non je rigole…Même si aujourd’hui les perruques ne sont plus cette sorte d’écureuil mort sur le dessus de la tête, je ne me vois pas en porter.

Je perds mes cheveux sur le vortex, c’est à dire à l’arrière du crâne, et peu à peu ça progresse vers le devant et les golfs (coté du front). En fait, j’ai la même calvitie que Zidane quand il avait encore quelques cheveux.

 

Composition du spray Luxéol antichute

 

Je vérifie toujours ce que je mange ou les produits que je mets sur mon corps. (Celui-ci ne se mange pas et est donc en application locale).

Le premier réflexe après avoir reçu le spray Luxéol a été de jeter un oeil aux ingrédients. Première surprise, ils sont en anglais. Dommage…

 

 

J’ai décortiqué dans l’ordre chacun des ingrédients (traduit en français) afin d’y dévoiler leur rôle, et s’ils présentent éventuellement un danger pour la santé.

1.

  • Glycérine : elle peut être d’origine végétale, animale ou de synthèse. Elle est utilisée en cosmétique comme agent hydratant, solvant et lubrifiant.
  • Extrait de feuille de chou marin : Rend les cheveux doux, soyeux et facile à coiffer, tout en leur donnant du volume. De plus il protège le cuir chevelu contre les agressions extérieures.
  • Panthénol : Il s’agit de la provitamine B5. Elle a la capacité de se fixer sur la kératine et d’assurer un bon maintien des écailles du cheveu. Celui-ci est plus souple, doux et brillant.
  • Pelvétie : Algue marine qui prolifèrent sur les côtes atlantiques. Elle a pour effet de booster la croissance des cheveux, ainsi que leurs quantités.
  • Extrait de pousse de petits pois : ils vont également stimuler la pousse des cheveux mais également en ralentir la chute.
  • Hyaluronate de sodium : il s’agit d’un sel permettant de maintenir l’hydratation.
  • Extrait de fleur d’arnica (montana) : l’arnica a des propriétés apaisantes et calmantes, idéales pour calmer les irritations du cuir chevelu.
  • Butylene Glycol : comme la glycérine, il agit en tant que solvant, hydratant et lubrifiant. Il peut être d’origine chimique ou végétale.
  • Acide citrique : d’origine végétale (agrumes) ou végétale par procédés chimiques (champignons), il permet de modifier ou stabiliser le pH du produit.

2.

  • Octoxynol-12 : c’est un solvant permettant le mélange de plusieurs formes de liquide (eau/huile). Il n’est pas identifié comme risqué à ce jour même si sa fabrication est sujette à controverse. (gaz réactif et toxique). Après transformation, il est censé ne plus être toxique). A savoir que les produits bio n’en contiennent pas.
  • Polysorbate 20 : c’est un agent de texture, c’est-à-dire modifiant la texture du produit. Autrefois interdit, il est aujourd’hui autorisé au sein de l’UE. Il reste également controversé car il est soupçonné de contenir des résidus nocifs pour la santé.
  • Hydroxyde de sodium : corps chimique minérale, il est important pour le contrôle d’un milieu alcalin ou la régulation d’acidité dans le produit.
  • Huiles essentielles : camomille romain et cananga, elles donnent au produit un parfum agréable. Aussi elles sont hydratantes et régénérantes.
  • Phénoxyéthanol : produit chimique anti-microbien largement employé dans le domaine cosmétique, et présent dans ce produit. Il a été déclaré sûr par les autorités européennes si son utilisation est limitée à 1%. Toutefois, l’ANSM (agence nationale de sécurité du médicament) préconise une utilisation à 0.4%.
  • Sorbate de potassium : c’est un conservateur synthétisé chimiquement (sel de potassium de l’acide sorbique). Il fut accusé d’effets nocifs sur la santé, mais innocenté depuis, sur l’appui d’autres études.
  • Acide salicylique : acide qu’on trouve naturellement dans certains végétaux, dont le saule (d’où il tire son nom). Il est utilisé comme conservateur naturel, mais également contient des propriétés apaisantes pour la peau.
  • Benzoate de sodium : additif de la famille des conservateurs. Présent dans de nombreux produits (boissons aromatisées, sauces, confitures allégées…), il est soupçonné d’être à l’origine d’allergies si sa dose journalière autorisée est dépassée. Le site « que choisir » le place d’ailleurs dans les produits à éviter.

3.

  • Acide sorbique : additif naturel utilisé en tant qu’antifongique et comme agent de conservation, il tire son nom des baies de sorbier.
  • Benzyl Alcohol : substance naturel ou synthétique. Utilisé essentiellement comme conservateur. Il ne ferait pas partie des produits à risque.
  • Benzyl Benzoate : disponible naturellement ou fabriquée chimiquement, il apporte une touche de parfum au produit, mais est également antiparasitaire. Malgré sa présence à l’état naturel, il fait partie des produits chimiques. Il est déclaré sûr d’emploi malgré qu’il soit soupçonné d’être un perturbateur endocrinien.
  • Benzyl Salicylate : il apporte son coté parfumant. Présent à l’état naturel, son utilisation est plutôt d’origine chimique. Certifié sûr par les autorités, il serait tout de même accusé être à l’origine d’allergies.
  • Farnésol : utilisé également pour son parfum doux, il est d’origine naturel ou synthétique. A son sujet, les études sont peu nombreuses et contradictoires.
  • Limonene : tirant son nom du citron, il est présent dans les agrumes et certaines huiles essentielles. Il est utilisé comme solvant mais aussi pour son parfum. Il serait reconnu comme un agent anticancérigène.
  • Linalool : présent naturellement dans de nombreuses huiles essentielles, il apporte ses composés odorants. Il peut provoquer une réaction allergique chez certaines personnes mais ne présenterait pas d’autres risques pour la santé.

 

Bilan de la composition :

A la lecture de ces ingrédients, il en ressort que la composition du spray Luxéol est à la fois naturelle mais aussi chimique. Ce qui est dommage. Même si ces composants chimiques sont reconnus et utilisés dans de nombreux produits cosmétiques, le doute persistant quant à leur risque sur la santé n’est pas totalement dissipé. On aurait préféré un produit beaucoup plus naturel comme son homologue Luxéol – Chute de cheveux en capsules.

Bon point tout de même : ce produit Luxéol est fabriqué en France.

 

Le packaging du spray Luxéol

 

Le flacon est agréable à la prise en main, et donne une impression de sérieux vis à vis de la marque en question. L’aspect flacon en verre contribue beaucoup à cette impression. Le produit se veut également rassurant en vantant fièrement qu’il “fonctionne dans 100% des cas”. Elément que je trouve « too much », un brin racoleur.

Je note d’ailleurs l’astérisque * juste après cette promesse. Curieux comme je suis, je vais aussitôt à la recherche de la référence que je trouve en bas :

* Une étude clinique avec test de traction sur 20 femmes et test de lavage sur 20 hommes a montré avec l’utilisation biquotidienne du produit sur le cuir chevelu, pendant 90 jours, les résultats suivants :


Diminution de la chute des cheveux chez 100% des volontaires.
Diminution en moyenne de 47,2% chez les 20 femmes.
De 46,6% chez les 20 hommes.
(1) 100%** trouvent que le produit a renforcé leurs cheveux.
(2) 100%** trouvent leurs cheveux en meilleure santé.
(3) 92,5%** trouvent leur chevelure plus dense.
(4) 97,5%** trouvent leur cheveux moins cassants.
**% de satisfaction, 40 volontaires, 2 fois par jour pendant 90 jours.

 

Effectivement, les résultats sont très positifs. Ce qui m’interpelle juste, c’est le faible panel de personnes “cobayes” : seulement 40 volontaires. J’aurai aimé une étude sur plus de monde.

 

Premières impressions

 

Luxéol antichute est à utiliser directement sur les cheveux (secs de préférence) grâce au spray qui s’avère très efficace. On ressent de suite une sensation de fraicheur sur le cuir chevelu, ce qui est bien agréable. Il faut ensuite masser bien en profondeur, à la fois le cuir chevelu, et les cheveux. Un peu comme si on se coiffait à la main. Il est préconisé d’insister sur les zones qui se dégarnissent.

J’avais un peu d’appréhension en mettant le produit sur mes cheveux, craignant de les avoir tout gras vu la présence d’huiles essentielles. (Ceux qui ont essayé l’huile de ricin me comprendront !). Et bien non, le produit pénètre très vite et aucune trace de gras. Hormis un léger effet mouillé, rien de bien visible.

Avec la fraicheur que j’ai évoquée, je rajouterai le parfum qui est très léger. C’est pour moi un point positif. Ce type de produit n’a pas vocation de parfumer, donc laissons ça à d’autres ! En tout cas, une agréable odeur s’en dégage, qui disparait aussi sec. Non intrusive, donc nickel.

 

Et l’efficacité du produit ?

 

Au bout de 15 jours d’utilisation matin et soir, je constate une meilleure densité de mes cheveux. Ils donnent l’impression d’être plus épais et plus résistants. Effet psychologique ou pas, je constate également qu’il pousse plus vite que d’habitude. Je parle évidement de là ou j’ai encore des cheveux. Sur la zone dégarnie, aucune différence. En même temps, le produit a vocation de limiter la chute et non favoriser la repousse des zones ”blanches”. Comme évoqué plus haut, un autre produit de la gamme Luxéol existe pour cela, sous forme de gélule. Je l’essaierai peut-être également.

Aussi, mes cheveux bouclent moins et sont donc plus simples à coiffer. J’apprécie. De plus, ils donnent l’aspect d’être en meilleur santé et non tout rabougris comme une fleur qui fane. J’apprécie d’autant plus.

Concernant la chute des cheveux, je n’ai pas assez de recul pour constater un éventuel ralentissement. Les études citées s’étalent sur 90 jours et je n’en suis qu’au 15e. A voir dans le temps comment cela évolue.

 

Où se le procurer ?

 

Vous pouvez trouver le produit directement sur le site de Luxéol. D’ailleurs, ils offrent une réduction de 10% avec le code promo : NEW10

Bilan final du produit

A partir de 47,90 euros
7.3

Prix

8.0/10

Composition

6.0/10

Résultats

8.0/10

Points positifs

  • Résultats rapides (volume et densité capillaire)
  • Application agréable et parfum discret
  • Fabriqué en France
  • Packaging

Points négatifs

  • Certains composants chimiques controversés
  • Etudes réalisées sur un panel réduit
  • Ingrédients en anglais
  • Slogan en mode superlatif
Partager l'article
  •  
  •  
  •  

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Je teste le spray Luxéol : antichute de cheveux